On passe dans le futur…

On passe dans le futur…

Titre péjoratif me disait ma bestie, Nini, ingénieure de procédés d’industrie… Même après avoir manipulé et développé autant de process machine qu’Henry Ford, elle pense que ce futur redoutable dont plusieurs films ont fait l’éponyme, n’est pas encore là.
Détrompez vous. Nous sommes à une ère du cycle d’évolution de l’humanité qui fait de l’expression « tout est possible » une parole d’évangile plus réelle qu’elle ne pourrait être plus divine. Ça se passe cette évolution. Nous avons créé les machines du futur !
Ici le thème machine va bien au delà de la mécanique. C’est machine version physique, logicielle, atomique, subatomique, gazeuse et même qu’on peut s’implémenter dans les neurones. Partons de ce que nous savons.
Les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux ont ouvert la voie en permettant de rapprocher le monde. La communication entre les humains durant cette ère que nous vivons, est une chose tellement essentielle que paraître hors de facebook, c’est crier «  Je suis un foutu wak ».

World map for social networks

Le marketing social. Quand on parle de marketing social, on ne parle pas seulement de comment vous vous appropriez un nouvel outil qui est sensé vous faciliter la vie. On vous oblige à continuellement l’adopter. Le but n’est pas de créer iphone pour rendre la vie facile aux utilisateurs, mais c’est de les rendre dépendants de son utilisation. Combien de personnes, qui ont réellement utilisé une petite machine sous ios ont pu s’en passer jusqu’à l’heure où je rédige cet article ?
Mais au delà de cette addiction qu’on développe pour cette question de marketing envers les produits, on fait appel à des mecs, que personne n’a vue pour rendre la chose automatique.

 

 -Les automates. Avant les machines en industrie sont les seuls automates dans le coin. Aujourd’hui, ils pullulent partout sur internet mais dans le but de vous faire n’importe quoi. J’ai passé une semaine à étudier les bots, les analyser dans leurs réponses. Les bases de faits dont on les dote, ferait une grosse boule à l’estomac d’Alan Turing. Je veux parler de l’IA en fait.


Je n’écris pas pour critiquer. Je vous informe que j’adore ça. Le contrôle devient plus vrai que jamais. Ouais <les stars wars> vont peut être prendre place d’évangiles dans la nouvelle “Bible” qui s’écrit. Moi je me sens comme un apotrion dans l’histoire. Converser avec des bots, qui savent si bien manipuler les réponses appropriées à partir du natural language je vous dis.

 J’ai étudié quelques outils de Google très intéressants. La panoplie de nouvelles fonctionnalités du Google Cloud Platform, la plupart de ces applications est à la portée de tous.  En fait, je suis tellement séduit que je vais l’expliquer en quelques mots.

 

Google API Vision offre une expérience intéressante par la détection d’images, des visages, des mots clés.. qui y sont. L’API Cloud Vision de Google permet aux développeurs de comprendre le contenu d’une image en intégrant de puissants modèles de machine learning dans une API REST facile à utiliser. Cloud Vision classe les images rapidement dans des milliers de catégories (par exemple, “bateau”, “lion”, “tour Eiffel”).

Elle détecte également les objets et les visages, et reconnaît les mots en caractères d’imprimerie contenus dans les images. Créez des métadonnées pour votre catalogue d’images, modérez le contenu choquant ou mettez en place de nouveaux scénarios marketing d’après l’analyse des sentiments des contenus visuels. Analysez les images importées dans la requête ou intégrez-les à votre espace de stockage pour images sur Google Cloud Storage.

On scanne pas les rétines ici. On collecte des données sur tout votre grosse tête. On peut vous identifier juste grâce à vos photos de pommettes un de ces quatre.

  –Google Cloud Video Intelligence. Vous avez vu Minority Report ? On va te surveiller juste avec des données sur toi. Te retrouver en sillonnant une de tes vieilles traces. Tes vidéos sur facebook, sur snapchat, sur whatsapp avec son truc de statuts qui font une compilation de vos vécus en pseudos vidéos brèves. Le Cloud Video Intelligence, réalise des recherches d’informations par extraction de métadonnées avec un outil facile à utiliser l’API REST. Ils analysent vos vidéos stockées dans le Google cloud storage et vous aide à identifier les métadonnées (lieux de tournage, éléments d’identification, mots clés etc…)


Ternsoflow : encore mieux. Utiliser des graphes pour se construire un réseau de neurones qui vous fait faire tout ce qui vous passe par nos têtes. Même Jacquot doit se réactualiser pour accueillir ses futurs patients. TensorFlow permet la construction de réseaux de neurones jusqu’à cinq fois plus vite par rapport à l’ancien système de Google, ce qui garantit donc qu’il peut être utilisé pour améliorer les applications plus rapidement. Toutefois, même avec ces performances, le PDG de Google reconnaît que le machine learning n’est qu’à un stade précoce au point où « les ordinateurs aujourd’hui ne peuvent toujours pas faire ce qu’un enfant de quatre ans peut faire sans effort ». Pour cette raison, la société rend l’outil open source pour permettre à la communauté du machine learning de progresser rapidement dans les recherches, en échangeant des idées sur un code qui marche, plutôt que de s’établir juste sur des documents de recherche.

Il y a encore 6 ans, en 2011, en ces moments où facebook n’avait pas fermé les portes de la fuite des informations  et permettant à des applications de venir collecter des données et les répliquer sur des millions de sites, on pouvait juste utiliser la photo de profil pour le seul lien utile (nouvelles règles de confidentialité et de collecte de données), on pouvait analyser des métadonnées d’une photo postée dans la machine de Zuckerberg. Maintenant ils en sont loin. Avec les bots de messenger.

On peut discuter avec des petits robots qui savent si bien vous vendre des produits ? Avec une base de faits conséquente et des données précises, on a affaire avec des robots qui savent vous proposer des services et des produits aux moyens d’une conversation assez intéressante.

Moi j’ai découvert Maltego en farfouillant dans Kali(ex-Backtrack qui est un os linux optimisé pour la sécurité informatique et l’anti-hacking). Donc avec Maltego, je pouvais générer des graphes sur des amis. Ces graphes représentent un réseaux de liens (ou chaque lien) vous parle de votre activité au quotidien (abonnement chez un FAI, opérateur GSM, amis de groupe de cours, votre livreur de pizza …).

Graphes dans maltego

Et surtout construire ces énormes graphes qui me prenaient une semaine pour utiliser les flux que ceux qui s’agitaient dans le temps sur Hi5 et facebook, permettait à mon cerveau de construire une histoire. Avec ça, pas compliqué de suivre les liens et de détecter les ‘’bonnes choses’’. Je pouvais retrouver les amants, amantes, ex et compagnons d’un soir des gens. :p :p
Puis en 2013, on m’a parlé de réseaux de neurones. Affaire là est gatée. J’étais devenu encore plus curieux. En 2014, Google plus et Gmail permettaient de savoir qui a possédait un téléphone avec android ou pas. Les réseaux sociaux étaient devenus le «New orange is black & sexy». Plus besoin de graphes. Une recherche poussée sur facebook vous permet de créer vos propres graphes d ‘informations en fouinant. Puis affaire d’amis en commun’’ a rendu ça encore cool. Encore une max d’informations à glaner avec les interactions sur les intérêts commun (musique, livre, mode de vie, amis en commun, affinités et les suggestions).

L’utilisation de la robotique vient ajouter à la force des choses. L’intelligence artificielle a  conquis le monde. On fait mieux qu’y penser. On l’utilise sans le savoir. En ma qualité d’intervenants dans plusieurs domaines de la scène numérique, je peux dire que nous l’utilisons déjà bien. C’est pas ma commande du Google Home qui dira le contraire.

Les débats sur les limites de l’IA me font rire mais ils finiront par trouver un frein à ce truc. Sauf qu’ils ne peuvent pas arrêter l’évolution. Quand j’entend dire que deux bots ont développé eux même leur propre langage pour papoter ou qu’un couple de robots a encodé leurs propres réseaux pour ne pas se faire pirater, je me dis que le truc serait bientôt de vouloir les empêcher de trop s’humaniser. Mais bon on est calme par ici. Rien n’est au dessus de la magie africaine. Faîtes votre malin. Grigri africain, c’est de I’IA version 9.0.00.2599. Respects quand même les anciens ! Même si vous m’ignorez, vous êtes quand même dedans…. Bon je retourne à ma lecture des prouesses de Ternsorflow.

 

About the author

Harold

View all posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *